Validation des Acquis de l’Expérience VAE

Accueil / Les financements / Validation des Acquis de l’Expérience VAE

Qu’est-ce que la Validation des Acquis de l’Expérience ?

Un droit pour toute personne, de faire reconnaitre, selon différentes conditions exigibles, ses compétences professionnelles, aptitudes et connaissances, en vue de l’acquisition d’un diplôme ou d’un titre à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification professionnelle (CQP).

Un acte officiel par lequel les compétences, aptitudes et connaissances du candidat à la validation des acquis sont reconnues.

Une procédure de vérification, d’évaluation et d’attestation, par une autorité indépendante et souveraine, des compétences, aptitudes et connaissances du candidat.

Cette procédure peut aboutir à une certification totale, partielle ou un refus de validation.

Qui est concerné par la VAE ?

Toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire valider les acquis de son expérience. Une seule condition est exigée : le candidat doit justifier d’au moins trois années d’activités en rapport direct avec la certification visée.

Information, conseil et orientation

Positionnée en amont de la procédure de VAE, l’étape d’information, de conseil et d’orientation permet d’apporter une réponse structurée à tout individu ou entreprise intéressés par la démarche. Il existe trois niveaux d’information :

  • Niveau national
  • Niveau régional
  • Niveau local

Recevabilité

C’est une étape préalable et obligée, pour tout candidat à la VAE. Ce dernier doit retirer un dossier auprès de l’organisme certificateur, le remplir et le lui retourner. L’organisme certificateur instruit alors la demande de recevabilité et notifie sa décision au candidat.
Les critères de recevabilité sont les suivants :

  • justifier d’au moins trois années d’activités salariées, non salariées, bénévoles ou volontaires.
  • justifier d’une expérience en rapport direct avec la certification visée.
  • s’engager sur l’honneur à ne déposer qu’une demande par année civile pour une même certification et trois par années civile pour des certifications différentes.

Accompagnement

L’accompagnement proposé au candidat est une aide méthodologique, pour constituer et rédiger le dossier de présentation de l’expérience, pour préparer la mise en situation professionnelle (si prévue) ainsi que l’entretien avec le jury. c’est une aide facultative qui offre au candidat des chances supplémentaires pour aller au bout de la démarche.

Validation par le jury

Le dossier de présentation de l’expérience est le support principal sur lequel se base le jury pour évaluer les compétences du candidat.
S’il n’est pas obligatoire, un entretien peut être demandé par le jury ou le candidat.

Certification

Une certification permet d’attester d’un niveau de qualification, c’est à dire de capacités à réaliser des activités professionnelles dans le cadre d’une ou de plusieurs situations de travail, à des degrés de responsabilités définis dans un référentiel.
L’obtention d’une certification est formalisée par un document qui authentifie les compétences et le savoir-faire d’un individu au regard du référentiel existant.
Le document délivré revêt une valeur juridique. Il peut donner droit à :

  • passer un concours,
  • suivre des formations,
  • être embauché et exercer une activité professionnelle,
  • et dans certains cas, percevoir une salaire déterminé (reconnaissance dans la grille de classification des entreprises ou de la convention collective).

Suivi post-jury

En cas de refus de validation, le jury peut réorienter le candidat vers de nouvelles actions (bilan de compétences, formation,..).
En cas de validation partielle, une ou des formations peuvent être proposées afin de valider les capacités non acquises lors de la VAE.

Salarié

L’employeur est libre de financer au salarié de son choix une VAE. Aucune condition d’ancienneté ou de délai de franchise n’est requise.
Lorsque la VAE est menée à la demande de l’employeur, elle doit être entièrement financée par lui.

Demandeur d'emploi

La loi du 13 aout 2004 relative aux libertés et responsabilités locales attribue aux régions une compétence générale sur l’ensemble du champ de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Dans ce cadre, elle prévoit que les régions contribuent “à assurer l’assistance aux candidats à la validation des acquis de l’expérience”.
Ainsi presque toutes les régions participent au financement de l’accompagnement des demandeurs d’emploi (indemnisés ou non) qui souhaitent effectuer une démarche de VAE, sous réserve qu’ils répondent aux conditions exigibles.

  • Prise en charge par Pôle emploi : L’aide à la VAE peut être accordée à un demandeur d’emploi inscrit à Pôle emploi et justifiant au minimum de trois années d’expérience professionnelle ou de bénévolat en lien avec la certification visée.
  • Prise en charge financière par l’OPACIF : Un demandeur d’emploi qui a été titulaire d’un ou plusieurs contrats à durée déterminée, a droit au congé VAE (sous conditions). La demande doit être présentée auprès de l’OPACIF dont relève l’entreprise dans laquelle l’intéressé a exécuté son dernier contrat de travail à durée déterminée.

Fonction publique d'état

L’agent public peut bénéficier d’un congé VAE pour une durée de 24 heures. Pour compléter la préparation ou la réalisation de cette validation, il peut utiliser son droit individuel à la formation.
Lorsque ces actions sont à l’initiative de l’administration, cette dernière les finance en tout ou partie dans le cadre du plan de formation.

Fonction publique territoriale

les agents publics titulaires ou non titulaires peuvent désormais bénéficier d’un congé pour VAE. Pendant son cngé pour VAE, l’agent public conserve le bénéfice de sa rémunération.

Fonction publique hospitalière

Les agents hospitaliers peuvent bénéficier d’actions de VAE financées par leur établissement dans le cadre du plan de formation. Lorsqu’il sagit d’un congé VAE, ces frais peuvent être pris en charge partiellement ou totalement par l’OPCA de la fonction publique hospitalière.